BLACK FRIDAYPublié le 24.11.2017

Non, la Ministre de la Culture n’a pas de parole ! La plus grosse diminution pour les acteurs culturels carolos ! Et malheureusement, pas de Centre Dramatique pour la première ville wallonne.

Ce jeudi 23 novembre, la Fédération Wallonie-Bruxelles, par le biais de sa Ministre de la Culture, Madame Alda Greoli, a fait connaître ses décisions en matière de contrats-programmes.

C’est avec stupeur que L’Ancre Théâtre Royal (50 ans d'existence) a découvert que non seulement, le subside octroyé n’était pas augmenté de manière significative comme espéré, et ce pour soutenir le projet de création d’un nouveau Centre Dramatique à Charleroi, mais que la Ministre n’a pas tenu sa parole.

Rappelez-vous, le 25 novembre 2016, Madame Greoli convoquait la presse en grande pompe pour annoncer l’octroi d’un subside de façon pérenne pour quatre institutions carolos, dont L’Ancre qui se voyait assuré d’une augmentation de 300.000€.
 
« Le Théâtre de L’Ancre qui va recevoir d’ici trois ans une toute nouvelle salle de 400 places dans un nouveau bâtiment devait avoir davantage de moyens pour s’y préparer. Ses subsides de 800 000 euros par an sont augmentés de 300 000 euros dès 2017 et cet apport reste acquis pour les futurs contrats-programmes. » Un million de plus pour la culture à Charleroi, Guy Duplat, La Libre Belgique, 25/11/16.
 
Rappelons également qu’il s’agissait uniquement d’un rééquilibrage : « On peut voir aussi dans cette annonce un effet du rééquilibrage demandé par rapport à Mons 2015 mais aussi par rapport aux budgets culturels alloués à des villes comme Liège et La Louvière. » Un million de plus pour la culture à Charleroi, Guy Duplat, La Libre Belgique, 25/11/16.

Quel ne fut pas le choc quand l’équipe a découvert ce jeudi que l’augmentation annoncée était de 204.038€, soit une diminution de près de 100.000€ sur ce qui avait été promis ! Quelles seront les conséquences de cette décision ? Qui seront les premières victimes?

- Les artistes et la création bien entendu ! Il va de soi que le théâtre avait déjà construit sa future saison en fonction de ces promesses de budgets, mais que de nombreux projets artistiques ne pourront être soutenus et plusieurs co-productions ne pourront voir le jour.

- L’Ancre se verra également contraint, au plus vite, de supprimer des emplois au sein de la structure.

- L’institution se retire également du groupe des « 4x4 », c’est à dire les quatre Centres Dramatiques  (Varia, Théâtre de Liège, Théâtre de Namur et Mars - Mons Arts de la Scène, rejoints dernièrement par le Théâtre Jean Vilar de Louvain-la-Neuve et L’Ancre) n’ayant pas les moyens d’assumer un soutien à la création et aux artistes digne d’un possible Centre Dramatique.

- Enfin, sans les moyens pérennes promis, L’Ancre n’assumera pas la prochaine édition de L’ELDORADÔME, cette nouvelle vitrine du théâtre belge francophone présentée cet été au Festival d’Avignon/Off. Un projet initié par L'Ancre en collaboration le Théâtre de Poche de Bruxelles.

Soyons clairs, le message caché dans l’annonce de la Ministre est une diminution des subsides pour Charleroi et le Hainaut, rien de moins ! L’Ancre amputé de 100 000 €, le Rockerill de 140 000€. Alors que Liège, Namur et Bruxelles se voient dotés de nouveaux théâtres subsidiés (Atelier 210) et de nouveaux moyens importants (Théâtre National, Théâtre Le Public, Théâtre de Liège, Théâtre de Namur, La Chaufferie…).

Petite mise en perspective budgétaire. Combien reçoivent les actuels Centres Dramatiques en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Explorons les chiffres : Le Varia 1 800 000€, Le Théâtre de Liège 2 850 000€, Mars – Mons Arts de la Scène 5 400 000€.

Force est de constater qu’une fois de plus, Charleroi, la première ville de Wallonie en termes d’habitants, est le parent pauvre du théâtre de création en fédération.

Une seule question : qu’est-ce que L’Ancre aurait dû faire de plus, alors que l’institution dépasse déjà largement depuis plusieurs années, les objectifs inscrits dans son contrat-programme ?
Voici plus de 8 ans que L’Ancre se bat pour promouvoir les artistes de la fédération à l’étranger, pour soutenir et défendre la création au quotidien, pour élargir ses publics et assurer une mixité sociale, pour porter Charleroi et changer son image…  et ce, avec des félicitations multiples dont celles de la Ministre!

Et nous n’évoquons même pas ici la mise en place d’un Centre Dramatique qui aurait permis à Charleroi, qui défend un projet culturel fort dans son redéploiement et dont le rayonnement ne fait que s’accroître, de pouvoir continuer à évoluer.

Nous ne parlons même pas d’un projet d’envergure, tant pour la Ville de Charleroi que pour la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Nous ne nous étendons pas non plus sur l’impossibilité pour L’Ancre d’assumer les ambitieuses missions proposées pour les 5 prochaines années dans ce contrat-programme !

Charleroi pourra se féliciter dans quelques années d’avoir un tout nouveau Théâtre de L’Ancre comprenant deux salles pour une jauge de  530 places, mais sans moyens pour le faire fonctionner et accueillir des projets artistiques  !  

Ce vendredi 24 novembre, l’équipe de L’Ancre n'ouvrira pas le théâtre ! Un Black Friday pour une culture au rabais  à Charleroi !
 

Jean-Michel Van den Eeyden, Directeur artistique et général de L'Ancre
et toute l'équipe.